Lubrique et nyctalope

Film d’animation : les états d’âme de Dracula

Quand j’ai commencé à animer, je n’y connaissais vraiment rien. J’ai suivi un stage d’initiation, lu plein de livres, tenté un tas d’expériences plus ou poins réussies. Et, très vite, je me suis rendue compte que je n’arriverai à rien si je restais seule dans mon coin. J’ai alors découvert Fousdanim.org, un site créé par des passionnés d’animation. Le forum, très actif et réactif, où chacun échange ses trucs, partage ses travaux et ses découvertes, m’a permis de progresser, de me situer peu à peu dans cet univers très varié qu’est l’animation.

defidefous_logo_forum

Fousdanim propose environ deux fois par an une sorte de petit concours amical, avec un thème imposé, parfois une contrainte supplémentaire. Quand j’ai le temps d’y participer, c’est l’occasion pour moi de tester de nouvelles choses : une fonctionnalité d’After Effects que je n’utilisais pas, un style graphique différent, ou une narration nouvelle.

defi18_vignette

En février 2013, le thème était Dracula, et il y avait un petit son imposé. J’étais en train de préparer une bande démo pour présenter mon travail. Je déteste vraiment faire ma bande démo. Passer deux à trois semaines à faire un montage qui ne va quasiment servir qu’à chercher des contrats, qui ne va rien amener au public, ça me semble toujours une perte de temps. À l’annonce du concours, j’ai laissé tomber ma bande démo, et je me suis lancée dans la réalisation d’un petit film sur Dracula, en me disant : qu’il montrerait ce que je fais, et qu’en plus ce serait un film complet, pas une succession d’extraits.

Voici donc le résultat : Lubrique et nyctalope, un film de 3 minutes, mis en son par Thierry Viel, avec la voix de Matthieu Despretz. Il nous montre un Dracula en proie aux affres d’une célébrité dont il se serait bien passé. J’ai choisi d’écrire le texte en alexandrins. Ils apportent un certain classicisme à un film qui est tissé de sous-entendus.

modele dracula

Mon travail graphique mêle souvent formes très simples et textures. Pour ce film, j’ai choisi de couvrir certaines parties des éléments d’empreintes de doigts. Elles humanisent un peu cet univers glaçant, en lui donnant un coté plus « tactile ». Comme d’habitude, j’ai animé le tout sous After Effects.

Avant le film, je vous propose la séquence ci-dessous, qui a été réalisée en guise de trailer (un trailer pour un film de 3 minutes, c’est assez farfelu, mais il m’a été demandé par un festival). Cette séquence ne fait pas partie du film, mais en introduit le propos…

Voici le court-métrage :

Ce court-métrage a été sélectionné dans les festivals suivants :
FICU 2013 (Montevideo, Uruguay)
FICS 2013 (Santander, Colombie)
HAYAH 2013 (Panama City, Panama)
Walthamstow International Film Festival 2013 (Londres, Royaume-Uni)

Un avis, une question ? Postez donc un commentaire (promis, je ne mords pas)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *